lundi 28 septembre 2015

Le bambou de la solitude.


Bonjour !


Je n'arrive pas aujourd'hui avec un nail art. Je suis ici avec un des dessins que j'ai réalisé durant ma formation. Au final, je vous en montrerai 3 (le premier est ), ceux qui me semblent avoir leur place ici.

Pourquoi aujourd'hui et pourquoi le dessin qui va suivre ? Simplement parce que ça m'a pris comme une envie de pisser je dirai... C'est latent, c'est là, et MAINTENANT, c'est le moment. 

Nous devions lors de cette séance, réaliser un dessin d'un mobilier urbain mais en bambous.
VAZY paye ton inspi !
J'étais désemparée face à ce thème, ne sachant pas dessiner en plus, c'était très difficile d'inventer un truc ou de créer un truc complexe. C'était clairement mort. J'errais sur google avec mon tel en quête d'une idée, de quelques chose de réalisable. Mais rien. 

Puis bon un moment a passé et j'ai griffonné sans vraiment savoir ce que je voulais. J'ai dit bah, un abris bus c'est cool... Et voilà le résultat.



Pour détailler un peu le raisonnement quand même, j'ai commencé par faire un pilier, puis finalement j'ai réalisé qu'il faisait gris dans le dessin, il risquait de pleuvoir. Alors j'voulais qu'il soit aussi parapluie, ça fait chier d'attendre le bus sous la pluie. Fallait lui donner un nom, mais il ne pouvait être nommé que dans un cadre rond. Bus, mais bus quoi... J'avais pas trop de place, puis là c'était l'évidence : 42. La réponse à LA Grande Question de la vie, l'univers et tout le reste.

Je me marrais, personne dans la salle ne connaissait la référence H2G2, à part un pote (qui le dernier jours de classe, a décidé qu'on boivent un verre ensemble le soir pour fêter cette fin d'année _ Il s'est finalement rétracté et a annulé quelques heures plus tard pour jouer à un jeu vidéo qu'il allait de ce pas acheter d'ailleurs. Un autre pote convié a considéré que boire un verre avec moi étais vachement moins cool si l'autre n'était pas là, il s'est désisté aussi. Par la suite, le premier pote ne répondra plus à mes messages... Avalanche de déceptions). Bref, donc personne ne connaissait la référence. Même pas le prof qui m'a dit en voyant mon dessin :"Quand tu seras grande..." j'ai oublié la fin de la phrase !! C'est le "Quand tu seras grande" qui m'a interpelé. 



En retournant m'assoir, je regardais mon dessin comme une gamine qui a réussi un truc qu'elle aurait jamais pensé réussir ! Mais c'était le cas, j'allucinais ! Je le trouve beau ce dessin et au final, il n'est pas seulement le dessin d'un mobilier de ville. Il est plus et c'est pour ça je voulais vous le montrer. 

Il y a un grand contraste entre cet arrêt de bus et la ville derrière. Elle est fade, sans couleur, vide, terne, moche, malheureuse et triste. D'ailleurs dans mon imagination, il pleut. Ce dessin s'est gorgé de mes sensations, de mes sentiments du moments. Et bien que le temps soit passé, j'ai bien l'impression que ce dessin est toujours d'actualité. 

Cet arrêt de bus est seul et différent de son environnement, je crois bien que cet arrêt de bus c'est moi et comment je me sens dans le monde. Et puis 42 la réponse à LA Grande Question ! C'est tout moi, dans ma tête un cheminement de questions existentielles, des réponses que je ne trouve pas. Il est aussi clairement difficile de ne pas voir l'enfance dans ce dessin, chaque personne de ma génération y verras un passage du célèbre animé Totoro quand les 2 petites filles attendent le bus sous la pluie et qu'il vient près d'elles pour attendre le bus aussi. 



Ce n 'est qu'après coup que j'ai constaté cette similitude, en regardant mon dessin et en m'interrogeant !

Ce dessin, il montre ma différence et cette solitude béante qui me fait mal (il faut le dire) depuis un bon moment maintenant. Nous devions être environ au milieu de mon année scolaire quand je l'ai dessiné. C'est à ce moment là, que je l'ai réalisé cette solitude, elle commençait à prendre beaucoup de place, elle s'est exprimée. Je suis toujours ce dessin. C'est compliqué parce que le temps est censé faire son office mais il y va mollo on dirait. 

Durant tout ce temps d'étude, ma solitude a été trompée par les obligations grandissantes de l'examen final et les besoins d'étudier. Je meurt d'envie de vous compter et de vous conter tous les impairs de ceux qui l'ont ranimé, qui l'ont ressuscité, comme par exemple ce pote avec ce verre et cette annulation pour un jeu... Et ensuite son silence... Puis l’autre pote qui annule a son tour... Ils y ont grandement contribué (ici n'étant évoqué qu'un de leurs impairs). D'autres personnes, des amis et mon entourage ont mis cette vilaine machine en marche.

La solitude telle que je la vis aujourd'hui, a déjà été dans ma vie. Elle fut violente et indélicate mais bizarrement je m'y étais fait relativement facilement, surtout comparé à aujourd’hui. 



Sur le coté droit de mon dessin, il y a un petit renfoncement entre deux immeubles, on peut s'y cacher. Ce renfoncement me rappelle un texte que j'avais écris a cette époque, preuve qu'il s'agit bien de la même solitude. J'y parlais d'une fleur qui pousse à travers le béton et d'une fille qui y trouve sa force. Je ne développerais pas plus ce passage de ce texte terriblement (le mot est parfaitement choisi) personnel mais en regardant bien ce dessin, j'y trouve toutes sortes de choses relatives à cette solitude passée, comme si ce jour là, elle toquait à ma porte, un gros sac à la main pour venir vivre avec moi à nouveau. 

Mon entourage a sous-estimé cette solitude et certains besoins que j'avais qui auraient pu la faire déguerpir et aujourd’hui ils sont cois, ils ne comprennent pas les conséquences de leur "non-actes", de leur quiétude, de leur égoïsme si je puis dire. La solitude aujourd’hui, elle m'enveloppe, elle ne me lâche pas d'une semelle. Elle est là même quand il y a du monde, elle fait même plus mal quand il y a du monde, ce qui fait que je préfère éviter les autres, mon entourage.



Je suis une grande rêveuse et c'est aussi pour cela que je l'aime ce dessin. Car en le dessinant, pleins de choses venaient dans ma tête et dansaient, souvenirs et sensations, vieux écris et réflexions se mêlaient pour obtenir un amas de moi, un bout de mon mal être, une représentation du bambou que je suis, qui plie face à l'adversité (avec douleur souvent), du bambou qui n'a rien à foutre dans une ville, du bambou qui prévoit la pluie qui va tomber, du bambou existentiel avec un 42 bien défini comme réponse à LA Grande Question de la vie, l'univers et tout le reste.

IL est maintenant, ce dessin, un nouveau souvenir mêlé à d'autres plus vieux, une sorte de "souvenirception" (référence au film Inception). IL est cette sensation de réussite mais aussi de désespoir à la découverte que ce qu'il voulais vraiment dire.

Il est le souvenir de ce moment, ni plus, ni moins. 

 
Merci d'avoir partager avec moi, ce dessin, ce souvenir, cette solitude (qui je sais bien, n'est pas qu'avec moi) et ces maux. 



Je vous embrasse,





8 commentaires:

  1. coucou ma belle!! trop joli article, qui m'a bien émue <3
    déjà, ton dessin est magnifique!! je le trouve trés réussit, et super sympa!!
    enfin l'interprétation!! mais c'est un truc de fou, je me suis reconnue presque!!
    la solitude, je pense qu'il ne faut pas mal la vivre, il faut l'apprivoiser. tu n'es pas seule : tu as ta famille, ton chéri, des amis et tes blopines!! impossible que tu te sente seule!! c'est ce que je me dis tous les jours! et puis j'ai appris à aimer cette bulle de solitude, je profite de mon chéri et de mes amis, mais j'aime parfois passer mon lundi de repos, seule sans voir personne, finalement je ne suis jamais déçue, ca me pèse parfois, mais personne pour me décevoir ou me faire du mal, et ca c'est bien!! <3
    aller courage, et vraiment si tu te sens seule, ou un coup de mou (ca me connait) tu m'envoie un mail ;)
    gros bizz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me touches beaucoup avec ton message ma belle ! <3 Tu as raison, il faut essayer de ne pas mal la vivre et l'apprivoiser, c'est juste un peu difficile à faire. Je me suis retirée de la vie sociale un peu de manière à apprendre à la gérer justement. Ça a l'air efficace, je pense continuer ainsi et petit à petit revenir vers mes proches lorsque je me sentirai capable. J'essaie de me renforcer un peu.

      Je te remercie pour ce que tu me dis ! Tu es un amour !! <3

      Pleins de gros bisous !

      Supprimer
    2. tu veras, la solitude, ca permet de mieux se connaitre aussi!! ;)
      gros bizz et bon courage <3<3<3

      Supprimer
    3. Oui c'est bien vrai !!

      Bisous ma belle !

      Supprimer
  2. Salut,
    Tu me fais flipper, tu mets des mots sur toute ma vie. C'est tellement similaire ce que je ressens, moi je l’appelle l'abandon. Les gens s'intéressent à moi quand ils vont mal, ça va bien, ils disparaissent. Je leur donne l'impression de la fille pour qui tout va, un roc qu'on peut jeter, de toute façon elle est forte, on s'en fout. Et je suis seule...
    Mais ne t'inquiète pas va ! ;) En y regardant bien, on a toujours un ami ou une amie qui fait exception. Moi j'ai trouvé deux personnes qui remplissent ce rôle. Il m'en aura fallut du temps. Fiou fiou !
    ++

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui en effet, il y a une part d'abandon dans tout cela. Mon soucis cette année est que ceux qui ont remplis ce rôle m'ont aussi laissé de côté, mais ça c'est arrivé après ce dessin.

      C'est bien que tu ais trouvé des amis pour ce rôle ! <3

      Des gros bisous

      Supprimer
    2. Tu as toujours des copinautes. ;) Ce n'est pas ce qu'on imaginait à la base, des amis via le virtuel, c'est un concept tout de même ! En gros, le monde est ouvert à toi ! :D Bref, on est là.
      Tu sais où me trouver pour causer. On devrait se faire un skype une fois (enfin, j'utilise un truc de geek du nom de Team Speak, pas de caméra, mais un son impeccable pour causer).
      Câlin !!! (même si j'aime pas ça, je te le donne quand même)

      Supprimer
    3. Alors ça c'est tout mignon et tout doux ! Merci ma belle !

      Et oui l'amitié sur internet, je connais pas mal, en fait je me suis fait beaucoup d'amis grâce à ce biais, une grande majorité de mes connaissances est issue d'internet. Et oui en effet c'est curieux. Mais tu vois, on y découvre des gens extra, comme toi ma jolie !

      Je suis pas une grande fan des caméras sur le web mais ouais on fera un truc dans le genre, quand je serais installée pourquoi pas !

      Des gros bisous !!

      Supprimer