mardi 20 décembre 2016

Si on revenais sur cette longue absence...

Hello,


Comme promis, je viens vous raconter un peu cette dernière année d'absence, ça me fera du bien et me permettra de faire le point. Je n'avais pas du tout envie de laisser le blog de coté mais le fait est que la reprise du travail a été difficile et que par dessus le marché j'ai eu des petits soucis de santé.



Quand j'ai ouvert mon blog, je bossais le matin en grande distribution, je me levais tôt et c'était dur (pour le corps aussi c'était dur) mais j'avais du temps et surtout, l'esprit libre pour bloguer et même mener des projets. Puis un beau jour, les éventements ont fait que je me suis retrouvée au chômage pour mon plus grand plaisir car j'ai pu entamer une formation me permettant de revenir dans mon domaine d'activité (le secrétariat et la compta) et d'obtenir mon bac. Pas que j'aime ce domaine d'activité, ça me prend plutôt la tête mais le but était de travailler derrière un bureau pour soulager mon corps. 

Tout a roulé comme sur des roulettes et j'ai trouvé un emploi en septembre 2015. J'ai stoppé les billets du blog en octobre. Je n'arrivais plus à renouveler les billets. Mon esprit était très plein et je n'ai quasiment pas nailarté tout ce temps (et croyez moi, ça m'a manqué).


Je bosse 40h par semaine (par bonheur juste à coté de chez moi) mais en dehors de ce nombre d'heures conséquents, le soucis venait plus du fait que nous sommes 4 à 5 personnes dans un très petit espace (30m²) et que nous passons beaucoup de temps au téléphone. Les collègues et les boss sont agités, parlent fort, passent du coq à l’âne. Il est très difficile de se concentrer et il est quasi impossible de travailler sereinement sans oublier des choses, ce qui arrive bien sûr fréquemment (moins à moi maintenant - organisation-  mais le boss ça lui arrive en masse) et engendre une série de problèmes chaque fois qui font perdre énormément de temps. 

Avant ça, je n'avais jamais travailler dans ces conditions. J'ai connu toutes sortes de patrons, d'entreprises et le maitre mot était toujours "la perfection", "l'ordre", même souvent c'était plutôt despotique comme ambiance. Dans ce domaine c'est fréquent d'ailleurs. J'ai mis un temps fou m'adapter à ce nouvel environnement de travail. Je pense y être arrivé à peu près au bout d'une bonne année que ce soit en terme d'ambiance bon-enfant, de désorganisation, de bruit, d'agitation, sans oublier les discutions de fesses et j'en passe tellement... 


Là, je ne parle que de l'aspect professionnel du truc, parce qu'il y a aussi les avis et opinions des boss, leur convictions personnelles ou même politiques et j'en passe qui sont quasiment toutes radicalement opposées aux miennes. Pratiquement aucun sujet de conversation ne débouchait sur une discussion sereine. La plupart du temps, j’étais opposée à des personnes qui refoulaient farouchement tout ce que je pouvais dire ou penser. Un exemple, le don du sang que je défends et que je trouve d'utilité publique a été descendu pendant au moins une bonne heure (c'est long une heure !). J'étais face à plusieurs personnes qui m'expliquaient comment c'était une fumisterie et combien les chirurgiens faisaient venir plus de poche de sang que nécessaire lors des interventions pour les emmener chez eux et arroser leur plante avec car ce serait un excellent engrais. J'ai failli vomir en entendant ça. 

En soit, vous me direz ce n'est pas très grave mais croyez moi, la réussite dans un travail c'est aussi son intégration dans l'univers proposé. Ça m'a demandé beaucoup d'efforts. Il y a eu aussi les situations provoquées par les boss, des sorties, des soirées, parfois je me sentais presque prisonnière de leur désir. Il ne fallait pas les froisser car c'est eux qui payent à la fin du mois. J'ai fini par réussir à dire non et par faire rendre ce choix respectable, mais ce fut fastidieux. C'est difficile d'aller bosser dans un endroit où on sait qu'il ne faut pas donner son opinion sous peine de lancer un débat sans fin dont on ne peut plus s'extraire. J'avais besoin de bosser, donc il fallait m'adapter et j'ai du puiser dans mes ressources pour ce faire. 


Je ne me pleins pas, j'ai connu bien pire. Que ce soit les boss ou les collègues, ce sont des personnes gentilles au fond malgré les difficultés. Parfois même j'ai l'impression qu'ils ne se rendent pas vraiment compte de tout cela. Il m'a fallu du temps pour les apprivoiser disons, et pour les apprécier aussi d'une certaine façon. 

A coté de ça, j'ai commencé à me rendre compte d'une chose évidente. Il est certainement très probable que je fasse partie de ces personnes dites "hypersensible". Je ne parle pas du terme péjoratif mais du terme "médical ?" de cet état. Du terme qui explique que les influx nerveux sont plus fort, plus important, plus rapide que chez d'autres personnes et que cela peut provoquer fatigue, irritabilité, désarrois et j'en passe... Beaucoup de points commun de cet état collent avec ma personnalité et ce depuis ma plus tendre enfance. Et il se trouve que les personnes comme moi fatiguent très vite dans ce genre d'environnement bruyant et désorganisé car cela sollicite TROP le système nerveux. Cela provoque fatigue et parfois même saturation et dans ce cas, je peux me mettre en colère et hurler ou même à pleurer. Après avoir analyser ces moments de ruptures, ils sont tous liés a des sollicitations préalables trop importantes. L'hypersensibilité, c'est pas quelque chose qui se change c'est ancré, c'est dans l'être. Combien de fois gamine on me disait "mais tu est trop sensible", comme si j'avais pu y changer quelques chose. Mais ce n'est peut-être pas moi qui suis trop sensible, c'est peut-être le monde qui est trop brute. Je suis autre, différente des gens, de beaucoup de gens. Mais je sais aujourd'hui que nous sommes plusieurs hypersensible et il y en a probablement parmi vous.


Tout au long de cette année, j'ai essayé d'apprendre à me mettre en retrait, à sauvegarder mon investissement dans les situations sociales. Parfois ça me vaut de sembler hors du truc, peut-être un peu froide. 

Dans ce travail, je me suis rendu rendue compte aussi de façon flagrante parfois que je n'arrivait pas à comprendre les situations sociales qu'ils me proposaient. Aussi, il faut dire qu'elles étaient parfois incongrues, cela m'a beaucoup déstabilisée. 

Tout cela pour vous raconter qu'en fait je n'avais plus de jus. Plus d'énergie pour le blog, même pour les ongles. Plus rien. Je rentrais le soir et je rechargeais les batteries pour le lendemain et ainsi de suite et le week-end passait trop vite et j'avais besoin de repos.


Au cours de cette année également, j'ai eu un petit soucis de santé que nous (moi et le médecin) avons tenté de gérer avec des médicaments. Médicaments qui ont modifié mon état d'être, mon moi-même. J'étais encore plus fatiguée, je ne me reconnais pas trop parfois. J'étais tout le temps triste et lasse. Dans ces conditions c'est vraiment compliqué de trouver de l'énergie même si elle est positive, pour nailarter, pour le blog. Et croyez moi ça me manquait pourtant. Puis cet été, les médicaments ne me convenant vraiment pas, il a fallu réfléchir à comment régler ce problème de santé. Je me suis finalement tournée vers une chirurgie qui me permettra de ne plus jamais avoir de soucis et qui évitera la prise de futur médicaments. Tout cela m'a également beaucoup rempli la tête et m'a empêchée de me consacrer au nail art.


Je suis actuellement arrêtée suite à cette chirurgie (peut-être que j'en parlerai un jour ici), et ce jusque mi-janvier. Voilà pourquoi je reviens vous voir. Je profite de ce temps libre cérébral (qui me fait un bien fou), pour me remettre au blog en espérant de tout cœur m'y tenir car j'en ai besoin.

Je pense avoir réussi à m'adapter à mon travail. J'entamme mon 2ème CDD d'un an jusqu'en novembre 2017. Si je vois que je suis toujours autant fatiguée cette prochaine année et que cela me pompe mon énergie, je réfléchirai à un plan B. Une chose sure et non négligeable malgré cela, j'apprécie les tâches que j'ai à accomplir au sein de cette entreprise ce qui est déjà un très grand bon point. 

Toutes les photos de ce billet proviennent de https://pixabay.com/fr/


Voilà donc les raisons de cette absence. Pas que je devais des explications mais j'avais besoin d'exprimer tout cela en dehors de mon cercle privé. Écrire fait du bien.


Je vais faire de mon mieux pour être là régulièrement car cela me fera le plus grand bien.



Sur ce, je vous embrasse et je reviens vite pour parler de NA et tout !



12 commentaires:

  1. J'espère te revoir vite avec des nailart :) <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, ton commentaire me fait très plaisir :-*

      Des bisous

      Supprimer
  2. c'est étrange car je ressent beaucoup de chose que tu décris et ca confirme donc que tu n'es pas la seule a être "sensible" et a ressentir cela
    Je te souhaite pleins de bonnes choses pour la suite
    Jenny

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton com. Si le sujet de l'hypersensibilité t’intéresse tu peux lire "ces gens qui ont peur d'avoir peur" de Elaine N. Aron. Ce livre détaille l'hypersensibilité et apporte un regard différent sur les hypersensibles ou sur soi-même si on en fait parti.

      Des bisous

      Supprimer
  3. Bravo Penta ! J imagine que ca fait du bien d en parler et j imagine aussi qu il faut une bonne dose de courage pour le faire ! Accroche toi et garde toujours une place pour les choses que tu aimes et qui nourissent ton cerveau. Pour moi, c est le coloriage... Sur textiles, sur ongles...ou ailleurs... A bientot ! :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anna pour ton commentaire ! Chaque fois que tu m'écris ça me réchauffe le cœur. Ce dernier mois, j'ai entendu mes proches (et des moins proches) me dire que je suis courageuse, c'est la première fois de toute ma vie. Merci de le dire aussi !
      Il faut essayer de garder une place pour le nail art oui, je vais faire de mon mieux.

      Pleins de bisous !

      Supprimer
  4. Tellement ravie de te revoir ici ma minette ♥ !!

    RépondreSupprimer
  5. Bravo, tu es une vraie warrior, combien auraient baissé les bras devant toutes ces difficultés ! Je te souhaite de la force et du courage et de bien récupérer de ton intervention <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle Axelle, tes mots me touchent énormément !

      Des gros bisous !

      Supprimer
  6. et ben, ma pauvre chérie!! profite bien pour te reposer, et recharger les batteries!!!
    je suis également quelqu'un de sensible, c'est pas facile tous les jours, mais je travaille dessus ;)
    gros bizz <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle de ton soutien !! :-)

      Des gros bisous !

      Supprimer